Juan, l'un des (nombreux) "idiots utiles" du Sarkozysme

Publié le par Jarod

hopital

6 Mai 2007. Nicolas Sarkozy est élu Président de la République.

Avec 46,94%,la candidate socialiste Ségolène Royal subit la plus grosse défaite d'un candidat de gauche depuis 1965 !

 

Une personne, supporter fervent et frénétique de Ségolène, devant une telle raclée, subit un choc terrible et ne s'en remettra jamais.

 

Il s'appelle Juan et, comme il l'écrit : "Depuis 3 ans, je pense à lui tous les jours, j’écris sur lui tout autant." (sic)

Cependant, il ne précise pas s'il se tripote la nouille en pensant à lui...

 

Evidemment, je ne me lancerai pas dans une tentative de décryptage psychiatrique du personnage.

La névrose obsessionnelle et tout ce qu'elle suppose et fait subir à celui qui en est victime n'est pas de ma compétence.

Les personnes intéressées peuvent se rendre sur Wikipedia et se faire leur propre opinion.

 

Pas plus que je me lancerai dans une contestation de la critique de Sarkozy.

Cette critique est nécessaire (toujours) et justifiée (parfois).

 

Dans cet article, il est juste question d'anti-sarkozysme primaire.

 

L'anti-sarkozysme primaire peut prendre des formes multiples mais, principalement, il se répartit en 3 grandes catégories :

1/ Les Beaufs de Gauche (exemple : Sarkostique qui semple émaner du cerveau d'un gamin de 8 ans pas très éveillé)

2/ Les obsessionnels compulsifs.

3/ Les frustrés-aigris de la Présidentielle 2007.

 

Juan fait partie des 3 catégories. Veinard !!... 

Avec lui, ce n'est pas de la rigolade. Ce type est en mission, 24H/24, 7J/7. Un grand traumatisé. Il ne faut pas oublier la douleur du 6 Mai et cette frustration qui ne le quitte plus.

 

Il sévit sur sur Marianne2 et sur son blog Sarkofrance et je ne peux que vous conseiller la lecture de ses articles.

 

Ca ne vole jamais bien haut (pour l'essentiel ce n'est qu'une mise en forme sans états d'âme, répétitive et grotesque de ce que d'autres écrivent sur Sarkozy. N'attendez pas de Juan une idée personnelle, ce n'est qu'un vulgaire gratte-clavier..), mais ils sont si grotesques, si représentatifs de la "pensée unique anti-sarkozyste" à grand renfort de de démago, que le pitoyable devient jubilatoire.

 

Mieux encore : lisez les commentaires !

On y trouve la quintessence de l'anti-sarkosysme décérébré.

Un régal qui vous rend simplement heureux de ne pas mettre le même bulletin dans l'urne que ce genre d'énergumène.

 

A la fin de ses articles, Juan demande presque toujours : "Ami sarkozyste, où es-tu ?"

 

Mon petit frère, un peu grossier, répondrait volontiers : dans ton cul !!

 

Pour ma part, je lui réponds juste que je suis là, parmi tant d'autres, et que je le remercie d'être un tel allié (bien involontaire) de Nicolas Sarkozy, un de ces idiots utiles du sarkozysme qui, l'air de rien (enfin presque. Juan a tout de même l'air de quelque chose...) font le jeu du Président de la République.

 

Jarod

 

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patroc 11/05/2011 17:35


C'est de l'antijuanisme primaire qui est écrit dans votre article.. Très bofbof, sans argument, seulement méchant..


Jarod 11/05/2011 21:34



Vous c'est plutôt beauf-beauf...


Pour votre argumentation, des fouilles sont en cours mais toujours sans résultat...



G. Bravert 09/05/2011 12:58


Bon article et bon blog.
L'UMP a trop longtemps accepté de se faire marcher dessus sur internet sans réagir.
Il est temps que la résistance s'organise.


Jarod 09/05/2011 21:40



Les gens de droite sont majoritairement beaucoup plus tolérants que les gens de gauche.


Il est facile pour tout le monde de prendre les exemples des repas de famille où, le plus souvent, ce sont les gens de
gauche qui sont les plus intolérants et les plus hargneux, n’acceptant la moindre contradiction.


La gauche a profité longtemps de cette « gentillesse » de la droite.


J'espère que maintenant la droite va comprendre que l'on peut être tolérant et ouvert sans pour autant accepter de se
laisser marcher sur les pieds ou, pire, insulter et cracher au visage.


 



calame julia 09/05/2011 10:29


"l'un des (nombreux) idiots utiles du sarkozysme"
Et les autres qui sont-ils ?


Jarod 09/05/2011 21:23



Vous en avez de célèbres (Plenel, Domenach, Dubois de la LDH,...) et, surtout, beaucoup d'anonymes qui confondent critique du sarkozysme et anti-sarkozysme crétin et éructant.


 



ChiNo 08/05/2011 14:18


La plume est assassine, l'origine de la "névrose obsessionnelle" de JUAN est utilement citée car elle explique son basculement dans un espèce de délire.
J'aime moins "dans ton cul"qui est de trop et inutilement grossier.

JUAN est un idiot utile et l'invité idéal pour un "diner de cons".
Il fait de l'Anti-Sarkozy comme PIGNON des objets en allumettes.

C'est important que l'UMP investisse à son tour le Web alors bon courage;

ChiNo


Jarod 08/05/2011 21:55



Merci pour vos encouragements.


J'aime bien l'idée du "Diner de cons".


Sans vouloir accabler l'obsédé, c'est vrai qu'il semble du genre très limité.


 


A sa décharge il fait partie des grands traumatisés du 6 mai 2007.


Et amoureux transi...Le pauvre, son petit coeur il a tellement saigné :-))


Lire ses articles sur Ségolène, il est totalement en adoration.


Si pathétique.



ZapPow 08/05/2011 14:18


Cet article est amusant. Il est typique de la pauvreté de la réponse sarkozyste aux articles de Juan. Incapable d'argumenter sur ce que rapporte Juan, de récuser, de proposer une vision positive,
le sarkozyste en est réduit à riposter soit sur les fautes d'orthographe ou de grammaire occasionnelles, soit à une attaque ad hominem, dut-il se livrer à quelques extrapolations pour ce faire. Le
sarkozyste, incapable de détricoter le costard régulièrement taillé à Sarkozy par Juan, essaie péniblement de lui en tailler un, mais avec de la grosse toile, et de la ficelle.


Jarod 08/05/2011 21:43



T'es une vraie groupie, ZapPow.


Tu es parfaitement digne de faire partie du troupeau bêlant de la juanosphère.


Quant à tailler un costard à Juan, en raison de son état, il serait préférable de lui tailler une
camisole.