Hollande et les socialistes serrent les fesses

Publié le par Jarod

C’est Delphine Batho, l’une des quatre porte-parole (c’est énorme mais il faut bien cela pour porter les multiples paroles du candidat PS qui passe son temps à tenir des propos aussi flous que contradictoires) du candidat ondulant, qui a résumé les déclarations hystériques de l’équipe de campagne de François Hollande ce week-end en déclarant :

« La seule chose que Nicolas Sarkozy propose à la France est désormais un excès de violence verbale. (…) Le candidat sortant cache son bilan. Le candidat sortant n'a aucun projet. Faute d'assumer son bilan et de présenter un projet il sombre dans la virulence ».

 

N’en voulons pas à la pauvre Delphine. Elle ne fait que répéter consciencieusement les éléments de langages qui lui sont distribués. Cela lui vaudra peut-être un jour un sous-secrétariat d’état…

Et ce week-end, le thème était de nouveau la violence et le bilan-boulet de Sarkozy.

Alors, tous et toutes s’y sont mis à grands coups de « violence verbale », « virulence », « invective », « visage de l’outrance », etc,.. avec, François l’Anguille lui-même pour une nouvelle version de « son bilan, c’est son boulet »

 

Il faut dire que chez les socialistes qui pensaient que la présidentielle était déjà jouée (Hollande se voyait déjà comme le « prochain Président » et Pierre Moscovici, son directeur de campagne, affirmait « Nicolas Sarkozy ne peut plus nous battre »), l’heure est au doute.

La campagne de Hollande ne déchaîne pas les foules (« Avec Ségolène, on savait qu’on allait perdre mais la campagne était une fête. Avec Hollande on s’emmerde et on n’est même plus certain de gagner ») ; les sondages battent de l’aile; le candidat PS passe son temps à contredire ce qu’il affirmait la veille tout en déclarant, toute honte bue, sa constance et sa cohérence ; le Front de Gauche monte en puissance ; etc,…

 

Alors, évidement, dans ces cas là, on en remet une couche dans l’anti-sarkozysme primaire et le bilan « désastreux » (ce qui, quand on regarde les résultats des gouvernements socialistes qui étaient au pouvoir durant la succession de crise qu’a connu l’Europe depuis 2007, ne manque pas de culot).

Mais attention. Laurent Fabius s’y est essayé dans son débat avec Sarkozy sur France 2, il en est sorti laminé et erre depuis hagard, de média en média, pour essayer de refaire le match…

 

Alors du calme les socialistes et reprenez vos esprits

Tout n’est pas encore perdu…

 

Jarod

 

 

 

Publié dans Présidentielle 2012

Commenter cet article