Hollande et la sécurité. Pas lui, pas ça !

Publié le par Jarod

François Hollande, le candidat inquiet et qui inquiète, a osé, sans rire, sans prendre au bilan de Nicolas Sarkozy sur dans le domaine de la sécurité.

 

Surfant sur des faits divers récents (là, bien entendu, il ne s’agit plus de récupération qui n’est employée que quand il s’agit de la droite…), il s’est déclaré « préoccupé, pour ne pas dire alarmé, par la recrudescence des violences, l'intensité des délits et des crimes qui se commettent » et a fait ce « nouveau constat d'échec d'une politique menée depuis dix ans ».

Cela ne serait pas aussi consternant que cela en serait comique.

 

Car le bilan des socialistes en matière de sécurité, il est connu. Tout un chacun a pu constater l’ampleur de leur échec entre 1997-2002 sous le gouvernement Jospin.

Augmentation continue de la délinquance générale avec au sommet l’explosion des violences aux personnes qui a augmenté de 55% durant cette période.

Un bilan catastrophique qui devrait appeler F. Hollande à un minimum de retenue, pour ne pas dire de pudeur.

 

Pour arranger le tout, emporté sur sa lancée, il a ajouté que « quand il y a eu autant de suppressions de postes de policiers et de gendarmes, autant de déserts créés dans certains quartiers de nos villes, il y a forcément des conséquences ».

Pas de chance, François Rebsamen, le « monsieur sécurité » de F. Hollande - qui est, lui aussi, dans la grande liquidation des promesses en tout genre tenu par le PS - a laissé entendre que l’embauche de nouveaux policiers sera ajournée.

Ce genre de déclaration tombe mal…

 

F. Hollande, décidemment, aurait mieux de se taire sur ce sujet là.

 

Jarod

Publié dans Présidentielle 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article