DSK. Complots, feu nucléaire et cruauté insoutenable

Publié le par Jarod

L'affaire DSK a donné lieu à une série de déclarations de certains socialistes au mieux pitoyables et, au pire, scandaleuses.

Florilège...

 

Martine Aubry a joué à pousse-toi de là que je m'y mette, première partie du processus qui va l'amener à sa candidature - tant rêvée... - à la primaire socialiste.

 

Jean-Christophe Cambadélis, strauss-khanien zélé et dépité, en rappelant qu'il n'était pas "adepte des complots" (heureusement...), s'est laissé aller à une sortie proprement délirante :

"Je ne suis pas du tout, loin de là, un adepte des complots, mais j'ai encore en tête le fait qu'on avait promis à DSK le feu nucléaire dès qu'il ferait ses premiers pas de candidat (…) C'est toute la droite qui menace depuis un an dans les déjeuners d'avoir des photos et des dossiers".

 

Michelle Sabban, la très strauss-khanienne vice-présidente PS du conseil régional d'Ile-de-France est allé encore plus loin que Cambadélis dans un hymne au complot passée à la brosse à reluire :

"Je suis convaincue d'un complot international. C'est le FMI qu'on a voulu décapiter et pas tant le candidat à la primaire socialiste (..) C'est l'homme le plus puissant après Obama (..) C'est une nouvelle forme d'attentat politique".

 

Robert Badinter, guest star des medias, s'est fourvoyé dans une défense de son "ami Dominique" où il parla de "la victime qui doit elle aussi, inévitablement, s’expliquer" (sic) et du "respect pour un homme qui était à ce niveau là de pouvoir et de responsabilité, admiré de tous, qui est maintenant un homme à terre" (re-sic).

 

Manuel Valls qui, après un parcours plus que chaotique, venait juste de rejoindre DSK (pas de chance...), s'est mis à pleurnicher (sur son sort ?) à propos de la sortie d'un commissariat newyorkais de DSK, menottes aux poignets :

"Dominique Strauss-Kahn est un ami que je connais de puis longtemps, les images de ce matin sont d'une cruauté insoutenable. J'avais les larmes aux yeux".

Rien que ça !...

Plus tard, sur France 2, il osera une comparaison complètement déplacée avec l'affaire Baudis en racontant une anecdote de l'Assemblée Nationale. Une anecdote de buvette...

 

Jarod

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article